A vérifier avant de partir en vacance

Quand et pourquoi préparer un départ en vacances en voiture ?

La plupart du temps, partir en vacances en voiture sous-entend de nombreux kilomètres et une surcharge du véhicule. Votre auto doit donc être en parfait état de marche pour éviter une panne ou tout autre désagrément.

Préparer son départ en vacances ne se fait pas à la dernière minute. En effet, s’il est nécessaire de remplacer une pièce, mieux vaut avoir le temps de la commander et de la monter sans précipitation. Il est donc recommandé de s’y prendre une semaine, voir quinze jours à l’avance.

Contrôle technique et révisions

S’assurer tout d’abord que la date du contrôle technique n’est pas dépassée ou que celle-ci ne le sera pas au cours de votre voyage.

Ensuite prendre soin d’être à jour dans les révisions, en vous reportant au carnet d’entretien de votre véhicule. Il est important de savoir quand a été réalisée la dernière révision. Il faut donc estimer le kilométrage à parcourir durant les vacances et les confronter au carnet d’entretien afin d’éviter le risque de dépassement. S’il y a un risque, il est fortement recommandé d’anticiper la révision et de la faire avant le départ.

Après ces vérifications, il est nécessaire de toujours garder les bons réflexes avant de prendre la route pour de longs trajets.

Les 10 points à vérifier avant de prendre la route :

Les niveaux : contrôler et ajuster

Le niveau d’huile moteur :

– Vérifier que votre véhicule est sur un sol plat et que le moteur est froid.

– Tirer la jauge, l’essuyer et la replonger

– Retirer à nouveau la jauge : le niveau de l’huile doit se trouver entre les deux graduations maximum et minimum.

– Si besoin, compléter avec de l’huile moteur adéquate.

Le niveau du liquide de refroidissement :

– Vérifier que votre véhicule est sur un sol plat et que le moteur est froid.

– Se pencher sur le réservoir de liquide de refroidissement.

– Vérifier que le niveau du liquide se trouve entre les témoins maximum et minimum.

– Au besoin, compléter avec du liquide de refroidissement.

Le niveau du liquide de direction assistée :

– Il se contrôle avec le moteur coupé.

– Se pencher sur le réservoir, celui-ci est symbolisé par le logo du volant.

– Se fier aux repères maximum et minimum pour savoir s’il  faut ajouter du liquide de direction assistée.

– Le niveau du liquide lave-glace :

– Le liquide lave-glace se situe dans un réservoir sous le capot de votre véhicule.

– Avant de réaliser un long trajet, il est judicieux de garder un niveau correct.

– Au besoin, compléter avec du liquide lave-glace.

Le niveau de liquide de frein :

Contrôler que le niveau du liquide de frein se situe entre les repères maximum et minimum. Si un manque est constaté, il est important de démonter les roues pour contrôler l’état des freins. En effet, un manque de liquide de frein n’est pas normal et traduit forcément un disfonctionnement du système de freinage. Cela peut être dû à :

-une fuite au niveau d’un flexible , d’un cylindre de roue, de freins a tambour ou d’un étrier de frein .

-ou au dépassement de l’usure maximum des éléments du freinage : disque , plaquette , mâchoire et tambour.

– L’état du pare-brise :

Pour commencer, nettoyer correctement votre pare-brise. Vérifier ensuite son état (impacts, éclats et fissures) et si besoin, le faire réparer avant qu’il ne soit trop tard. En effet un impact peut se transformer en fissure. Un impact est réparable alors qu’une fissure implique le remplacement du pare-brise.

– L’état des balais d’essuie-glace :

Vérifier l’état des balais d’essuie glace. Il est recommandé de changer vos balais d’essuie-glace deux fois par an : au début de l’hiver et au début de l’été. En effet le caoutchouc de ces derniers souffre des différences de températures. Un balai d’essuie-glace performant ne laisse aucune trace d’eau sur le pare-brise après son passage. Pour s’en assurer, rien de plus simple, actionner votre lave-glace et vérifier ainsi l’efficacité de vos balais.

– L’ensemble de l’éclairage :

Contrôler le fonctionnement de l’ensemble de l’éclairage, ampoules et blocs optiques et vérifier qu’il n’existe pas de fissures, cassures, présence d’eau ou de condensation. Il n’existe quasiment aucun moyen de détecter la fin de vie d’une ampoule. Il est donc fortement conseillé de compléter votre coffret d’ampoules. Nettoyer les optiques à l’aide d’un chiffon puis tester les comodos et la pédale de frein pendant qu’une personne vérifie à l’extérieur le bon fonctionnement de l’éclairage. Il ne faut pas négliger cette vérification car un défaut d’éclairage, en plus d’être dangereux, peut coûter cher : une contravention de 45€ à 135€, voire une immobilisation du véhicule.

– L’état des pneus :

Contrôler l’état général des pneus (écorchures, craquellements, objets incrustés etc.), puis vérifier l’usure, pour cela plusieurs témoins d’usure sont présents tout autour du pneu.

– La pression des pneus :

Contrôler et ajuster la pression des pneus en respectant la préconisation selon la charge. La préconisation de pression des pneus se trouve soit sur la portière du côté conducteur, soit dans le carnet d’entretien. Cela doit se faire au dernier moment avec les pneus froids. Si les pneus sont chauds, il faut prendre en compte la montée en pression. Ainsi, si les pneus sont à 2.2 bars au lieu de 2.0 bars, il est inutile de les dégonfler.

– Le filtre d’habitacle :

Au fil du temps le filtre à habitacle s’encrasse naturellement et fini donc par obstruer le passage de l’air dans l’habitacle. Un filtre d’habitacle encrassé, peut réduire considérablement le flux d’air de la soufflerie et empêcher le désembuage du pare-brise. La ventilation est moins puissante et ne protège plus le conducteur et les passagers de la poussière, des pollens et des gaz d’échappements.

– Penser au triangle ainsi que votre gilet de sécurité :

Tout véhicule doit être équipé d’un gilet de sécurité et d’un triangle de signalisation afin de vous protéger et de protéger la vie des autres face aux imprévus de la route. N’oubliez pas que les feux de détresse sont également un élément de pré-signalisation important ! En plus de l’aspect sécuritaire, le défaut de gilet et/ou de triangle à bord du véhicule est sanctionnable par une amende de 4ème catégorie de 90€.
Depuis le 1er juillet 2012, les conducteurs doivent équiper leur véhicule d’un éthylotest non usagé. Il est donc préconisé d’en posséder deux : un pour tester soi-même son alcoolémie, un second pour les contrôles routiers.

– Contrôler les fixations :

Avant tout départ, nous vous conseillons de contrôler les différentes fixations sur votre véhicule : fixation de vos plaques d’immatriculation avant et arrière ; fixation de vos pare-chocs ; fixation de vos rétroviseurs.

 

Laissez un commentaire